Un monde invisible: le microbiome cutané

Le microbiome influence la santé de la peau
best-
seller
Baume douche "Joie de vivre"

Baume douche "Joie de vivre"

200 ml
5,50 CHF
In den Warenkorb

Admettons-le, au quotidien, nous ignorons volontiers le fait qu’un monde invisible évolue à la surface de notre peau. Pourtant, cette microflore contribue de manière décisive à maintenir notre peau en bonne santé, et donc d’une beauté éclatante: c’est ce qu’on appelle le microbiome, ou plus précisément le microbiome cutané.

Celui-ci se situe à la surface de la peau, autrement dit sur l’épiderme. L’épiderme, la couche supérieure de la peau, se compose lui-même de plusieurs couches microscopiques. La couche la plus externe de l’épiderme est la couche cornée (stratum corneum). C’est là que se forme ce que l’on appelle la barrière cutanée, dont vous avez probablement déjà entendu parler.
La barrière cutanée est une enveloppe protectrice qui protège des influences extérieures et interagit directement avec le microbiome de la peau.

Qu’est-ce que le microbiome cutané?

Le microbiome désigne l’ensemble des micro-organismes qui vivent dans et sur le corps. Vous l’aurez compris, le microbiome cutané qualifie donc l’ensemble des micro-organismes qui colonisent la peau, subdivisés en trois catégories principales: les bactéries, les virus et les champignons. La plupart d’entre eux sont totalement inoffensifs, et contribuent même à l’équilibre de la peau.
La composition de cet écosystème microscopique est aussi unique et propre à chacun que les empreintes digitales. Chaque individu porte donc en lui un microbiome personnel.

De bonnes bactéries sur la peau: nos colocataires utiles et si précieux

Les bactéries joueraient un rôle particulièrement essentiel dans le microbiome cutané. Selon l’état actuel des connaissances scientifiques, plus de mille espèces bactériennes différentes1 vivraient sur notre peau. Ces microbes unicellulaires présentent leur propre métabolisme et se nourrissent de sucre, de protéines et de graisses. Ils n’hésitent pas non plus à défendre leur habitat, notre peau, des intrus et de leurs concurrents, ce qui nous est bénéfique, bien entendu.

Parmi les bactéries utiles et considérées comme «bonnes» pour la peau, on compte notamment les staphylocoques - à l’exception du staphylocoque doré.

En effet, bien que généralement inoffensif faisant partie intégrante de la flore cutanée normale, ce germe peut se propager de manière incontrôlée et entraîner une inflammation de la peau.

Selon les découvertes scientifiques actuelles, les bactéries auraient deux personnalités: une bonne et une mauvaise, tels Dr Jekyll et M. Hyde. Lorsque les conditions de vie et les interactions entre les différents micro-organismes sont en équilibre, les micro-organismes agissent de concert pour favoriser la bonne santé de la peau. Mais lorsque la communauté microbienne est déréglée ou les conditions de vie sur la peau se dégradent, des bactéries telles que le staphylocoque doré peuvent faire ressortir leur M. Hyde2!

Les virus et leur mauvaise réputation

Vous aviez peut-être déjà entendu parler des propriétés bénéfiques de certaines bactéries, mais sûrement pas des bienfaits de certains virus. Pourtant, ils contribuent à l’équilibre naturel du microbiome. En effet, on estime que 380 000 milliards de virus3 vivent dans et sur notre corps. Ceux-ci sont nettement plus petits que les bactéries et, contrairement aux agents pathogènes viraux connus tels que les coronavirus, les virus de la grippe ou d’Ebola, ils n’ont aucun effet nocif. Cependant, leur fonction exacte dans l’interaction avec la flore cutanée reste encore largement méconnue.

Les champignons sur la peau

Vous avez probablement une image encore plus négative des champignons - du moins lorsqu’ils sont sur votre peau, et non dans votre assiette. Pourtant, ces micro-organismes multicellulaires bien plus grands que les virus et les bactéries font eux aussi partie intégrante d’un microbiome sain. En revanche, leur part ne serait que de 0,1%, et leur rôle dans le maintien d’une peau saine encore largement méconnu.

Quelle est l’incidence des bactéries, virus et autres champignons sur le microbiome?

Une peau saine présente un microbiome équilibré, composé d’un ensemble varié de micro-organismes. Ceux-ci forment une couche protectrice pour la peau et contribuent à la santé de notre plus grand organe. En effet, le microbiome cutané participe notamment au maintien du film cutané et améliore ainsi la fonction ainsi que la résistance de la barrière naturelle de la peau.

Les micro-organismes de notre microbiome cutané freinent également la croissance des agents pathogènes en s’imposant face aux intrus dans la bataille pour les nutriments et l’espace vital. Pour ce faire, ils produisent notamment des molécules antimicrobiennes, efficaces pour lutter contre les bactéries nuisibles. Mais ce n’est pas tout: outre ces «anticorps», le microbiome produit des substances utiles pour l’épiderme, notamment des lipides, qui ont à leur tour une influence positive sur les processus de régénération de la peau.

En revanche, si l’équilibre naturel du microbiome est perturbé et certaines bactéries parviennent à prendre le dessus, cette structure délicate s’en trouve déséquilibrée.

Cela peut entraîner des démangeaisons, une peau sèche et des maladies de la peau. Par exemple, il a été constaté que les personnes souffrant de neurodermatite présentaient un microbiome cutané altéré.

Causes de modifications du microbiome

Les modifications du microbiome cutané ont un impact sur la fonction protectrice naturelle de la peau. Alors que faire pour favoriser une flore cutanée saine?

Tout d’abord, il faut savoir que la composition du microbiome est, dans une certaine mesure, déterminée génétiquement. L’âge joue également un rôle. Bien sûr, nous avons peu de contrôle sur ces deux facteurs. Toutefois, l’écosystème des bactéries et autres microbes réagit à divers facteurs environnementaux, sur lesquels nous pouvons avoir une influence, notamment par notre mode de vie.
Apparemment, les bactéries sont un peu comme nous: elles n’aiment pas le stress. Adopter un mode de vie équilibré et une alimentation saine contribuerait donc à l’équilibre du microbiome.

La prise de médicaments peut également avoir un impact négatif sur le microbiome. Bien sûr, il n’est pas toujours possible d’éviter les antibiotiques; ceux-ci sont indispensables pour lutter contre certaines infections bactériennes. Néanmoins, outre leur objectif principal, ils peuvent aussi tuer des bactéries utiles, et ainsi entraîner un déséquilibre de la flore cutanée. Il existe une corrélation similaire avec le nettoyage de la peau: se laver trop souvent avec une eau trop chaude et des produits trop agressifs éliminerait non seulement les bactéries indésirables, mais nuirait également à l’équilibre du microbiome cutané.

De plus, il a été démontré que l’évolution des structures sociales avait elle aussi une influence sur le microbiome cutané. Par le passé, les individus vivaient au sein de grandes communautés sociales, entourés de nombreux membres de la famille. Les contacts physiques et marques d’affection avec la grand-mère, le grand-père, la mère, le père, les frères et sœurs, le chat, le chien ou encore la chèvre dans son étable, ont façonné la composition de notre microbiome cutané et contribué à sa diversification. En effet, l’échange de bactéries n’est pas une mauvaise chose sur le principe. En revanche, avec le rétrécissement des familles et des communautés, notre flore cutanée est devenue de plus en plus unidimensionnelle, ce qui a eu un impact négatif sur sa biologie, et pourrait expliquer l’augmentation des maladies atopiques et des allergies5.

Comment maintenir l’équilibre du microbiome cutané:

Ton microbiome, notre soin de peau: un perfect match

Pour ce qui est de l’hygiène corporelle, il convient d’effectuer un nettoyage doux et respectueux du pH de la peau: ne frottez pas trop fort, ne faites pas couler une eau trop chaude et utilisez des savons et shampooings qui maintiennent l’hydratation et protègent le film hydrolipidique de votre peau, d’autant plus si vous avez la peau sensible.
Il existe des produits spéciaux, respectueux du microbiome, qui préservent l’équilibre naturel de la flore cutanée. Des études menées en coopération avec des instituts indépendants ont montré que les produits douche Kneipp n’affectaient pas le microbiome naturel de la peau.

Si vous souhaitez rééquilibrer un microbiome cutané déjà endommagé, nous vous recommandons d’opter pour des crèmes et des lotions respectueuses du microbiome. Outre nos crèmes de douche, nous avons également fait tester nos produits de soin de la gamme Onagre par des instituts indépendants, qui ont démontré que l’ensemble de ces crèmes contribuaient à maintenir l’équilibre du microbiome cutané.

La preuve de notre engagement

Comme pour toutes nos promesses d’efficacité, nous avons également fait tester et certifier la douceur de nos produits et leur respect du microbiome. En coopération avec des instituts indépendants, Kneipp Skin Research utilise des outils modernes d’analyse de biologie moléculaire pour étudier le séquençage du gène ARNr 16S. En effet, celui-ci contient des séquences hautement conservées, qui sont identiques à tous les organismes, y compris les bactéries. C’est à cela que l’on peut le reconnaître et l’analyser.

Une fois le gène identifié, il convient de procéder à la deuxième étape. En effet, outre des séquences immuables, le gène ARNr 16S contient des séquences d’ADN très variables qui ont été modifiées par l’évolution. Celles-ci diffèrent selon les organismes et sont propres à chacun, y compris parmi les bactéries. Elles peuvent donc être utilisées pour déterminer le nombre de micro-organismes vivant sur notre peau, et constituent ainsi un excellent marqueur de reconnaissance pour l’analyse moléculaire de la diversité microbiologique du microbiome cutané.

Résultat des tests: après application des produits douche Kneipp, aucune altération de la diversité microbienne ni de la composition (abondance) du microbiome cutané n’a été observée chez les volontaires.

Il est ressorti de notre étude sur l’application de lotions de la série Onagre qu’après trois semaines d’application sur des sujets volontaires présentant une peau très sèche, voire à tendance neurodermitique, le microbiome de la peau présentait une grande diversité physiologique et que sa composition avait été rééquilibrée.

Sources:
1) Grice EA, Kong HH, Conlan S, Deming CB, Davis J, Young AC; NISC Comparative Sequencing Program, Bouffard GG, Blakesley RW, Murray PR, Green ED, Turner ML, Segre JA. Topographical and temporal diversity of the human skin microbiome. Science. 2009 May 29;324(5931):1190-2. doi: 10.1126/science.1171700.
2) DeSalle R, Perkins SL. Welcome to the Microbiome: Getting to Know the Trillions of Bacteria In, On, and Around You. Yale University Press, 1st Edition, 2015
3) The secret life of skin; 18.04.2020: Back to basics: Bacteria, Viruses and Funghi
4) Reiger M, Schwierzeck V, Traidl-Hoffmann C. Atopisches Ekzem und Mikrobiom. Hautarzt. 2019 Jun;70(6):407-415. doi: 10.1007/s00105-019-4424-6.
5) Song SJ, Lauber C, Costello EK, Lozupone CA, Humphrey G, Berg-Lyons D, Caporaso JG, Knights D, Clemente JC, Nakielny S, Gordon JI, Fierer N, Knight R. Cohabiting family members share microbiota with one another and with their dogs. Elife. 2013 Apr 16;2:e00458. doi: 10.7554/eLife.00458.

Ceci pourrait aussi vous intéresser:

Elle est tendue et brûlante ? Les peaux sèches et sensibles nécessitent des...

Caractéristiques et soins
Tipps zur richtigen Hautpflege bei trockener Haut

Est-il rouge, démangeant et floconneux ? Nous donnons des conseils pour les...

Qu'est-ce qui aide contre la peau sèche ?
Öl zur Hautpflege

Pures ou en crèmes et lotions : les huiles végétales prennent soin de la peau de...

Huile pour le soin de la peau